lundi 28 novembre 2016

http://droleoupasdrole.blogspot.com/?m=1

http://droleoupasdrole.blogspot.com/?m=1

dimanche 27 novembre 2016

Citaion D'Amour

DrôleOuPasDrôle: citation-amour

DrôleOuPasDrôle: citation-amour: Là où règne l'amour, la puissance individuelle n'a nul pouvoir , et là où domine cette puissance, il n'y a point d'amou...

samedi 26 novembre 2016

Blague
Un homme s'évade de prison après 15 ans. Il entre dans une maison pour voler de l'argent et un fusil. Il trouve un jeune couple au lit. Il ordonne à l'homme de sortir du lit et l'attache à une chaise. Il attache ensuite la femme sur le lit. Il se met dessus et l'embrasse dans le cou. Ensuite, il se lève et s'en va dans la salle de bains. Le mari tout affolé en profite pour dire à sa femme:
- Écoute ma chérie, c'est un évadé de prison, regarde ses vêtements. Cela doit faire longtemps qu'il n'a pas vu de femme. J'ai vu comment il t'embrassait dans le cou. S'il veut du sexe, ne résiste pas, fais ce qu'il veut. Donne-lui satisfaction même si ça te répugne. S'il se fâche, il peut nous tuer. Sois forte chérie. Je t'aime. 
Sa femme lui répond : 
- Il ne m'embrassait pas dans le cou, il m'a chuchoté à l'oreille qu'il était gay, qu'il te trouvait à son goût et voulait savoir si on avait de la vaseline. Je lui ai dit oui, dans la salle de bains. Sois fort chéri. Je t'aime!
#droleoupasdrole #droleoupasdrole



if a teacher like this is found in your class, WILL U MISS CLASS?

jeudi 24 novembre 2016

DrôleOuPasDrôle: Blague

DrôleOuPasDrôle: Blague: Une blonde avec une petite voiture veut absolument en avoir une plus grande. Un homme qui passe par là décide de rire un peu et lui dit: - P...

Des blagues étrangères sur les Français

 

 

    Les Français sont prétentieux

    On n'est pas prétentieux, on a juste un pays au top, regorgeant de beautés (voir point 4), d'excellents mets, de paysages variés et exceptionnels... C'est pas de notre faute si... Ah ouais, prétentieux ?
  1. Comment fait un Français pour se suicider ?
    Il se tire une balle à 15 centimètres au-dessus de la tête en plein dans son complexe de supériorité...
  2. Comment appelle-t-on un Français qui meurt en protégeant son pays ?
    Aucune idée, cela ne s’est jamais produit.
  3. Un général français et un général américain sont sur un champ de bataille
    Soudain, le général américain prend une balle dans le bras, et se met à saigner abondamment. Il hurle : « Sergent qu’on m’amène ma veste rouge ! ». Le général français, surpris, lui demande la raison d’une telle requête.
    « C’est pour que mes hommes ne voient pas que je suis blessé et qu’ils gardent espoir...» Une balle frôle alors la tête du Français, qui parvient à l’éviter de justesse. Il hurle aussitôt : « Sergent qu’on m’amène mon pantalon marron ! ».
  4. Que faites-vous si un Français vous lance une grenade ?
    Vous la dégoupillez et vous lui renvoyez...
    Et que faites-vous s'il vous envoie une goupille ? Éloignez-vous de lui, il a sans doute une grenade entre les dents.
  5. Connaissez-vous la différence entre un Français et un chimpanzé ?
    Y’en a un qu’est petit, qui pue et qui passe son temps à se gratter le cul, et l’autre, c’est le chimpanzé.
  6. Savez-vous comment tuer un Français ?
    Il suffit de rabattre la lunette des toilettes très fort pendant qu’il est en train de boire.
  7. Un Français se précipite pour sauter parmi les premiers dans un canot de sauvetage.
    Un Anglais le retient et lui dit :
    - Avez-vous remarqué qu'il y a encore des femmes à bord ?
    Le Français lui répond :
    - Et alors, vous croyez que j'ai envie de baiser dans un moment pareil !
  8. Un Français se plaint à un ami américain
    - C’est vraiment terrible, je ne peux pas dormir au boulot à cause de mon patron…
    - Ah ouais, il passe son temps à te surveiller ?
    - Non, il ronfle extrêmement fort !
  9. Quelle est la différence entre un loup-garou et une Française ?
    Le loup-garou est un petit peu plus poilu, et sent bien meilleur.
  10. Au Québec, quelle est la différence entre un Français et un Maudit Français ?
    Le premier, c’est celui qui arrive, l’autre c’est celui qui repart.
  11. Quelle est la différence entre un touriste français poli et une licorne ?
    Il n’y en a pas, ni l'un ni l'autre n'existent.
  12. Vous savez pourquoi les Français mangent de l'ail ?
    Pour améliorer leur haleine.

 

Top 10 des trucs français qui étonnent le plus les étrangers, et ouais les mecs on vous en met plein la vue

Baguette, Tour Eiffel, politique, politique, vin rouge, cul, cul, vin rouge, politique, cinéma d’auteur, baguette, vin rouge, haine du travail, politique, politique, café, vin rouge, vin rouge, vin blanc, cuite, politique, croissant, baguette : oui ce sont des clichés.
Pas tant que ça.

1. Le fait d'avoir un mot pour le fait de frapper quelqu'un avec sa bite

On parle bien d’une biffle. En revanche, on n’a pas de mot pour dire successful. Non, il n’y en a pas.

2. Les références permanentes au cul et à la politique en buvant du vin

Le fait de raconter des trucs sexuels en critiquant la politique et de boire du vin tout le temps, c’est un peu un cliché. Mais, si je réfléchis à ma soirée d’hier, je me rends compte que j’ai parlé de cul et de politique en buvant du vin, donc pas sûr que ce soit tant que ça un cliché. Là où, dans la plupart des cultures, le but est plutôt le compromis intellectuel, les Français ont tendance à aimer le débat et l’affrontement, ce qui met tout le monde mal à l’aise.

3. Les bises

On se fait la bise, entre mecs ou entre filles, et plusieurs, en plus, dès qu’on se connaît un peu. Pour les Anglo-saxons, c’est super bizarre, parce que ça ressemble à du harcèlement. Pour les Asiatiques aussi. Pour les Sud-Américains, c’est d’autant plus bizarre qu’eux ne font qu’une bise aux filles et des câlins entre amis, ce qui est super bizarre pour nous.

4. La négativité générale

Avant de dire que quoi que ce soit est bien, il faut en trouver les failles et les exploiter dans un concert de critiques cyniques : c’est pas de la négativité, c’est de l’esprit critique, preuve d’une grande intelligence, preuve qu’on est plus intelligent que tout le monde (en tous les cas, moi je le pense vraiment).

5. L'administration

Et que pour avoir un appartement il faut ouvrir un compte en banque ; et que pour avoir un compte en banque il faut avoir une adresse. Et que les papiers envoyés sont perdus. Et que… Tout est compliqué, personne ne suit les dossiers individuellement, tout est compliqué.

6. Il y a de la bière au McDo

Dans la plupart des pays, ce n’est pas le cas. Mais, dans la plupart des pays, la législation sur la vente d’alcool est un peu drastique et, dans la plupart des pays, les gens ne boivent pas de l’alcool TOUT LE TEMPS.

7. La courtoisie passive agressive

Installée à une table, dans un bar, le serveur arrive : « Madame ? » Pas bonjour. Pas ça va. « Madame ? » C’est courtois. C’est agressif. C’est une manière de rappeler que tu fais chier, là, à vouloir quelque chose.

8. Les plaintes contre la mondialisation alors même que la France y participe à donf

La moitié du débat public est fait de ça : la mondialisation, c’est un risque pour notre art de vivre, nos valeurs, notre travail et nos femmes, ou au contraire une chance, nianianianiania. A gauche comme à droite, la mondialisation est vue d’un oeil soupçonneux, façon de dire « si vous croyez qu’on vous a pas vus venir, avec votre dérégulation et votre bouffe dégueulasse, prêts à nous envahir, vous vous fourrez le doigt dans l’anu, oui, on dit anu, sans s, si on veut, c’est français de faire ce qu’on veut ».
Mais, en réalité, les produits français envahissent le monde. Au-delà du vin et du luxe, on en parle de l’énergie, de Total, d’EDF, etc. ?

9. Dans les fêtes, on amène un truc et on boit de tout

Dans la plupart des pays du monde, quand on est invité à une fête, on amène une bouteille et puis on la boit. En France, même le mec qui ramène une 8-6 a le droit de goûter au champagne.
Source photo : Giphy

10. On parle de bouffe à table

C’est meta. On parle de la bouffe qu’on mange. Si, je vous promets. La moitié du repas est consacrée à critiquer la bouffe qu’on est en train de manger, à distribuer les compliments et les regrets. C’est meta, je vous dis.
En plus, on se démerde pour à la fois être super fier de tout ça tout en se détestant. C’est génial.


 

#droleoupasdrole
#droleoupasdrole
#droleoupasdrole

Blague

Une blonde avec une petite voiture veut absolument en avoir une plus grande.
Un homme qui passe par là décide de rire un peu et lui dit:
- Pour agrandir ta voiture, tu n'as qu'à souffler dans le pot d'échappement.
La blonde le remercie et commence à souffler. Peu de temps après, deux blondes qui passent la regardent et l'une d'elle dit:
- Tu vois, c'est à cause de blonde comme ça qu'on passe pour des connes!
- Ouais, mais la pauvre. Elle se fatigue pour rien.
- T'as raison on va lui dire.
Elles s'approchent et lui disent:
- Hé, tu fais passer toutes les blondes pour des filles bêtes toi!
- Ah bon? Mais pourquoi?
- Ben avant de souffler dans le pot d'échappement, faut fermer les fenêtres! Sinon elle grandira jamais ta voiture!
#droleoupasdrole 

Quand la moutarde vous monte au nez, votre registre lexical s'appauvrit et vous vous abandonnez sans vergogne à un flot de jurons horriblement communs? Laissons les insultes vulgaires au vulgum pecus! Préférons les injures rares et choisies. Certaines obsolètes au possible n'en ont que plus de charme. La preuve avec cette sélection dont vous pourrez user et abuser.
  1. Coureuse de rempart!
    Avouez que la périphrase mérite d'être réhabilitée. Elle remplace avantageusement notre "Putain" trop...couru! Le contexte médiéval dans lequel elle était utilisée naguère l'a sans doute condamnée à tomber aux oubliettes. Quel dommage!
  2. Puterelle!
    Dans le même registre, en version plus concise, vous avez le droit de préférer le toujours médiéval "Puterelle" ou "Ribaude" aux sonorités légères et fraîches. Désigne d'ailleurs une jeune prostituée.
  3. Gourgandine!
    On doit encore aux femmes de mauvaise vie cette élégante injure qui pourrait faire partie du bagage du capitaine Haddock.
  4. Orchidoclaste!
    Ah! la belle insulte savante. Littéralement, "casse-couille"! Je ne sais à qui on la doit mais elle fait entout cas les délices du très distingué Gérard Oberlé dont la devise mérite d'être méditée :"Le bagage d'un homme, c'est ce qu'il a lu et ce qu'il a bu".
  5. Nodocéphale!
    L'équivalent de "tête de nœud". Mais l'effet n'est pas le même selon qu'on utilise l'une ou l'autre. Essayez, vous verrez!
  6. Coprolithe!
    Le dictionnaire l'atteste encore. "Merde fossilisée", telle est grosso modo la définition du terme. Un excrément tout ce qu'il y a de plus savant sous cette forme!
  7. Alburostre!
    "Blanc-bec!" a également de la gueule, mais si vous voulez varier les plaisirs...
  8. Fot-en-cul!
    Allons donc! Voilà que je deviens vulgaire! Désigne, vous l'aviez supputé, un sodomite médiéval.
  9. Pisse-froid!
    Pourrait s'appliquer à bon nombre de nos contemporains. Pas besoin de vous faire un dessin.
  10. Fesse-Mathieu!
    Gentil, non ? elle claque bien!
  11. #droleoupadrole #raskolnikov
Photo published for Et le «Goncourt des animaux» est attribué à... Stéphane Audeguy
À te mordre les jours grandissent Plus arides plus imprenables Que les nuages qui se déchirent Au fond des os

lundi 21 novembre 2016

En plein rangement.......................!!!!

samedi 19 novembre 2016

................... #drolepasdrole http://ift.tt/2g78w0k


via Buffer

Et fini par "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants #droleoupasdrole http://ift.tt/2fQ17Q9


via Buffer

#droleoupasdrole http://ift.tt/2eSo2x2


via Buffer

#droleoupasdrole http://ift.tt/2g75jhj


via Buffer

#droleoupasdrole http://ift.tt/2fQ1Z7h


via Buffer

#droleoupasdrole http://ift.tt/2g7agXd


via Buffer

#droleoupasdrole http://ift.tt/2g8ZJbZ


via Buffer
                                   Un lieu de mémoire
 
Poussant devant soi un chariot rempli de denrées, un certain M. Proust faisait ses
courses dans un supermarché. À la sortie, il tendit un chèque à la jeune femme qui faisait
office de caissière : « Dommage, dit
-
elle, M. Proust. Une lett
re de moins et vous portiez
un nom célèbre. » Le renom de l’écrivain est sans commune mesure avec celui d’un
coureur automobile plusieurs fois champion du monde des conducteurs. Mais qui se
souviendra d’Alain Prost dans cinquante, dans cent ans ? La madele
ine de Proust, elle,
même si tout le monde n’y a pas goûté et si peu de gens ont lu
À la recherche du temps
perdu
jusqu’au bout, là où le gâteau prend son véritable sens, paraît l’objet le plus
fameux de toute la littérature française. Elle est là pour dur
er : « la petite madeleine
trempée dans le thé fait revivre [au héros], par le rappel d’une saveur oubliée, toute son
enfance », lit
-
on dans le
Petit Larousse illustré
. Quand on pense qu’elle resta longtemps
un vulgaire pain grillé dans les brouillons ! Qu
i peut encore mordre dans une petite
madeleine de Commercy sans penser à Proust ? Elle atteste la notoriété quasi magique de
l’écrivain et sa place suréminente dans la mémoire collective des Français.
À Illiers, modèle du Combray de
Du côté de chez Swann
,
la « maison de tante
Léonie » reçoit quatre mille visiteurs par an et la pâtissière vend cinq cents madeleines
par semaine. À Cabourg, modèle de Balbec, on a reconstitué une chambre Marcel
-
Proust,
la numéro 414, avec la bibliothèque à vitrines reflétant le
s changements du ciel, décrite
dans
À l’ombre des jeunes filles en fleurs
. Pour les « nostalgiques captivés par Marcel
Proust », dit le directeur du Grand
-
Hôtel, qui conseille de réserver à l’avance. « Marcel
Proust » a acquis le degré de reconnaissance d’
une marque déposée, comme le prouvent
les tee
-
shirts à l’effigie de l’écrivain, les montres à quartz où la fameuse première phrase
s’enroule en spirale autour du cadran, toute cette bimbeloterie parasite qu’un éminent
proustien américain appelle joliment l
a « para
-
proustologie » et où les publicitaires
verraient le triomphe du « produit
-
être » ou de la « marque
-
personne ». Le Conseil
supérieur de la langue française, afin de montrer que la réforme de l’orthographe de 1990
serait mesurée, avait calculé qu’el
le ne modifierait pas plus d’un mot par page de la
Recherche
dans la « Pléiade ». Proust, qui écrivait : « grand’mère », « en tout cas », «
bonhommie », est devenu l’étalon du français moderne, comme le mètre en platine iridié
déposé au pavillon de Breteui
l, à Sèvres. De même que pour le mètre étalon, il suffit de
savoir qu’il existe sans avoir besoin d’y aller voir, et la plupart des Français, qui écriront
maintenant « bonhommie » comme Proust, ne sont d’ailleurs plus capables, ou ne l’ont
jamais été, de l
ire une phrase ordinaire de cet écrivain, une de ces longues phrases dont il
a la spécialité, comme Argenteuil celle des asperges. Mais quel lecteur de Proust ne
songe pas à lui au lendemain d’un dîner de ces asperges qui changent un « pot de
chambre en un
vase de parfum » (I, 119)
1
? C’est aussi à autoriser de tels sentiments que
sert un grand écrivain.
Proust est le grand écrivain français du
XX
e
siècle : « il domine l’histoire du
roman français au
XX
e
siècle », juge le
Petit Larousse
. Certains le voient
même dominer
toute la littérature moderne, comme Jean
-
Yves Tadié, proustien s’il en est, qui n’hésite
pas à commencer ainsi une monographie de grande diffusion : « Marcel Proust est le plus
grand écrivain du
XXsiècle

. » Même si le traducteur allemand de
l’ouvrage a cru bon de
nuancer le propos en y ajoutant l’adverbe « peut
-
être », les manuels de littérature
française à l’usage des étrangers ne peuvent plus commencer comme ils en avaient
l’habitude, en faisant valoir que si les autres littératures europé
ennes ont chacune un
génie à vocation universelle, un Dante, un Shakespeare, un Cervantès et un Goethe,
l’histoire de la littérature française, elle, se caractérise par des écoles, des mouvements et
des groupes. Le classicisme par exemple est grand non par
la grâce d’un seul de ses
représentants qui les surclasserait tous mais parce qu’il comprend Corneille, Molière et
Racine, sans oublier La Fontaine, La Bruyère et La Rochefoucauld... Aucun d’eux
n’incarne à lui seul l’essence de la littérature française, ma
is tous ensemble ils composent
une littérature incomparable. Les historiens de la littérature française se sont peut
-
être
consolés ainsi de n’avoir pas de Dante ni de Shakespeare ; plus tard ils ont tenté de
donner à Hugo l’universalité que ni Rabelais ni
Rousseau n’avaient atteinte, mais Hugo
s’est révélé trop peu consensuel, et si les manuels doivent renoncer aujourd’hui au cliché
d’une littérature française à prendre en bloc, comme la Révolution, c’est que Proust,
depuis quelque temps et sans qu’on sache
bien comment cela s’est passé, paraît avoir pris
rang auprès de Dante, Shakespeare, Cervantès et Goethe comme le géant de la littérature
française, que, d’une certaine manière, il absorberait en entier.
Depuis que la
Recherche
est tombée dans le domaine p
ublic en 1987, les éditions
se sont multipliées sans apparemement que le marché ne se sature jamais, comme si
l’offre créait sa propre demande. Ce phénomène ne s’est pas limité à la France puisqu’il y
a maintenant trois traductions italiennes disponibles,
que de nouvelles traductions
anglaise et japonaise sont en cours, ainsi qu’une révision de la traduction allemande, une
traduction intégrale en russe et une autre en chinois, dont le premier tome a déjà été
publié : « C’est une œuvre qui dépasse le temps e
t l’espace », juge Luo Dagan, le
préfacier, tandis que Han Fulin, qui dirige l’équipe des traducteurs, s’écrie : « C’est une
honte pour les Chinois d’ignorer complètement Marcel Proust
3
. »
Or Proust n’a pas toujours, loin de là, joui de cette position suré
minente parmi les
grands écrivains français. Hugo avait atteint une hauteur extraordinaire de son vivant : la
rue où il habitait s’appelait déjà l’avenue Victor
-
Hugo ; ses funérailles nationales en 1885
furent l’une des célébrations majeures de la IIIe Rép
ublique
4
. Pour Proust en revanche,
mort en 1922 à cinquante et un ans seulement, la gloire unanime n’est pas venue
d’emblée, même si elle n’a pas trop tardé. Cela pose avec d’autant plus de force la
question : comment et pourquoi, d’abord marginal, par son
origine juive, sa sexualité, sa
mauvaise santé, son snobisme, longtemps objet de culte d’une secte d’initiés, a
-
t
-
il
conquis cette place centrale, au point de résumer et de représenter pour nous à lui seul
toute la littérature française, voire toute la ci
vilisation occidentale ? La sociologie de la
réception de l’œuvre de Proust reste à faire. Mais de ce développement déconcertant, il
faut proposer des motifs à la fois externes, « para
-
proustologiques » si l’on veut, et
-
internes, car si le livre de Proust
est aujourd’hui le lieu par excellence de la mémoire
littéraire française, cela ne peut pas être tout à fait étranger au fait que la mémoire en soit
un thème central et qu’il soit lui
-
même conçu comme un lieu de mémoire.
Proust se faisait une idée monumen
tale de son œuvre, qui d’une certaine manière
se canonise elle
-
même dans
Le Temps retrouvé
sans avoir besoin de personne pour le
faire à sa place. Mais le narrateur du
Temps retrouvé
, au moment de se mettre à l’œuvre,
se demandait quand même si son livre n
’allait pas rester « comme un monument
druidique au sommet d’une île
quelque chose d’infréquenté à jamais » (IV, 618). Il
comparait aussi son livre avec une cathédrale, l’architecture de mémoire même. C’était là
le plan qu’il entendait lui donner. « Et d
ans ces grands livres
-
là, écrivait
-
il, il y a des
parties qui n’ont eu le temps que d’être esquissées, et qui ne seront sans doute jamais
finies, à cause de l’ampleur même du plan de l’architecte. Combien de grandes
cathédrales restent inachevées ! » (IV,
610). Le plus extraordinaire est que nous ayons
ratifié cette ambition inconcevable : nous reconnaissons à la
Recherche
l’immensité
d’une cathédrale ; nous lui accordons cette éternité que Proust entrevoyait pour l’art et la
littérature qui se fondent sur
la mémoire involontaire réunissant passé et présent dans une
métaphore.
La mort de Bergotte, l’écrivain imaginaire de la Recherche, est l’occasion, dans
La Prisonnière
, d’une rare méditation sur l’immortalité :
Il était mort. Mort à jamais ? Qui peut le di
re ? [...] l’idée que Bergotte n’était pas
mort à jamais est sans invraisemblance. On l’enterra, mais toute la nuit funèbre,
aux vitrines éclairées, ses livres, disposés trois par trois, veillaient comme des
anges aux ailes éployées et semblaient pour celu
i qui n’était plus, le symbole de
sa résurrection (III, 693).
On connaît l’origine autobiographique de cette page, rédigée dans les mois qui
précédèrent la mort de Proust, après une visite au musée du Jeu de Paume où, devant la
Vue de Delft
de Vermeer, des
malaises firent craindre à l’écrivain que sa propre fin
n’approchât. Les croyants ont reproché à Proust
Claudel, Bernanos, Mauriac
notamment
l’absence de Dieu dans son œuvre, le manque de transcendance,
d’ouverture au bout de ses introspections. Mais
par sa religion de l’art il avait pour ainsi
dire prévu la glorification que son œuvre a connue depuis sa mort. Comme pour Bergotte,
l’art donne à Vinteuil, le musicien imaginaire, une vie au
-
delà de la mort lorsque son
œuvre est jouée en public, après que
l’amour de sa fille et de l’amie de celle
-
ci, lesquelles
l’avaient pourtant fait mourir de chagrin, l’eut tirée de l’oubli et de l’inachèvement : «
Vinteuil était mort depuis nombre d’années ; mais au milieu de ces instruments qu’il avait
aimés, il lui av
ait été donné de poursuivre, pour un temps illimité, une part au moins de sa
vie » (III, 759). L’idée est constante chez Proust, dont nous cultivons le souvenir comme
il l’a voulu : « On dit quelquefois qu’il peut subsister quelque chose d’un être après sa
mort, si cet être était un artiste et mit un peu de soi dans son œuvre » (IV, 105). Proust a
survécu. Son œuvre nous paraît aujourd’hui la somme intégrale de toute la littérature
française. Pourtant il ne ressemble nullement au modèle du grand écrivain fr
ançais
inventé par la IIIe République.