jeudi 24 novembre 2016

À te mordre les jours grandissent Plus arides plus imprenables Que les nuages qui se déchirent Au fond des os