lundi 19 décembre 2016

Les Memoires D'Un Ane

Extrait: ...les uns avec des cordes, les autres avec des fouets, d'autres avec des baguettes. Ils criaient tous a qui mieux mieux; les ouvriers n'en tapaient que plus fort. Enfin, ils les laisserent aller, et la bande partit, criant, hurlant et se frottant les reins. Le sauveur de Medor avait coupe la ficelle qui l'etranglait; il l'avait couche au soleil sur du foin; Medor fut bientot sec et pret a retourner a la maison. Le forgeron l'y ramena, mais on lui dit qu'il pouvait bien le garder, qu'on avait deja trop de chiens, et qu'on jetterait celui-la a l'eau avec une pierre au cou s'il ne voulait pas l'emmener. C'etait un brave homme; il eut pitie de Medor et le ramena chez lui. Quand sa femme vit le chien, elle jeta les hauts cris, disant que son mari la ruinait, qu'elle n'avait pas de quoi nourrir un animal propre a rien, qu'il faudrait encore payer l'impot sur les chiens. Enfin, elle cria et se plaignit si haut, que le mari, pour avoir la paix, se debarrassa de Medor, en le donnant au mechant fermier chez lequel je vivais deja, et qui avait besoin d'un chien de garde. Voila comment Medor et moi nous nous sommes connus, et voila pourquoi nous nous sommes aimes. XVIII LE BAPTEME Pierre et Camille devaient etre parrain et marraine d'un enfant qui venait de naitre, et dont la mere avait ete bonne de Camille. Camille voulait qu'on donnat son nom a sa filleule.